Définir un acteur de la médiation numérique



  • La médiation numérique étant aujourd'hui assez clairement définie sur les sites officiels, il serait grand temps de , enfin, concrétiser ce qui est recommandé dans les rapports ministériels depuis fin 2014 (remis à Fleur Pellerin à l'époque) et promis depuis (comme en Juin 2016 par Valls) : incrire le métier de médiateur numérique au registre des métiers ! Et de la le reste suivra je suppose : définition de grilles de rémunération, formations, etc... in fine : RECONNAISSANCE de son rôle clé pour l'inclusion numérique des plus fragiles, démunis, isolés en particulier.



  • @fdubois81 au passage annoncé dans l’hémicycle par Axelle lemaire Il faut reconnaître un statut à ce métier de médiateur numérique qui est essentiel dans les territoires, dans les espaces de rencontres pour permettre la diffusion des usages et l'inclusion de tous (Axelle Lemaire, 15 janvier 2015, discours à l'Assemblée, "Construire ensemble la République numérique" - 15:17-15:30).



  • S’appuyer sur les animateurs/médiateurs informatiques des structures associatives.



  • Bonjour
    tient un article sur la formation de conseiller en mednum

    0_1518602279271_formation-conseiller-mednum.jpg



  • Re : Définir un acteur de la médiation numérique
    Animateur multimédia = couteau Suisse car il faut être :

    • Conseiller emploi Cv, actualisation, recherches....
    • pédagogue/formateur tout public ( enfants, adultes,seniors....)
    • technicien
    • professeur de français ( atelier socio linguistique, FLE...)
    • animateur/médiateur pour démocratiser le monde du numérique avec des projets
    • chef de projet : répondre à des appels à projets
    • communicant : site, newsletter, supports papier et virtuels
    • manager réseau sociaux
    • veille sur le numérique


  • @formahicham , tout à fait d'accord, je rajouterai agent administratif et multilingue, adaptable à tous les handicaps



  • L'indispensable structuration du secteur !

    La reconnaissance du métier de médiateur numérique, souvent non compris, est comme dit ci-dessus un enjeu fort. Cette absence de reconnaissance ne permet pas aux médiateurs numériques de sortir de leur situation souvent précaire qui les conduit à s’orienter, par défaut, vers un autre métier mieux reconnu. Un taux exponentiel de médiateurs numériques en service civique est à attendre en cette année 2018 !

    L'impossibilité pour les professionnels de la Médiation numérique de se projeter durablement, dans leur emploi et leurs missions, ne permet pas le développement de projets d’envergure et porteurs, qui serviraient pourtant, le rayonnement des espaces de Médiation numérique sur leur territoire. Les postes non stabilisés nombreux posent la question de la mobilité ou de la réorientation, comme de la continuité de service.

    En conséquence, on assiste à un turnover préjudiciable à l’exercice de la Médiation numérique auprès des publics, avec notamment la déperdition des compétences, expliquant la discontinuité et la différenciation de niveau des services rendus dans les lieux de Médiation numérique. A même niveau de responsabilité, les acteurs présentent un écart considérable de compétences professionnelles. Ce manque d’uniformité des pratiques professionnelles et des niveaux d’intervention génèrent des inégalités d’opportunité pour les publics, qui plus est préjudiciable à la valorisation du secteur.

    On notera notamment que les impacts des interventions en Médiation numérique ne sont pas les mêmes selon que les médiateurs numériques prennent en compte la dimension sociologique, voir anthropologique des pratiques numériques, en donnant sens aux usages pour l’acculturation indispensable des publics au numérique, ou qu’ils interviennent uniquement sur la technique, tel un service après-vente.

    Enfin, les acteurs de la Médiation numérique sont confrontés à des demandes et des problématiques de plus en plus complexes qui relèvent tout à la fois de la santé, de la psychologie, du judiciaire, de l’éducatif, etc. notamment pour les publics les plus vulnérables.
    Dans ce contexte, la construction et la sécurisation des parcours des professionnels du secteur apparaît indispensable, au même titre que la professionnalisation des acteurs.
    Il s’agit d’apporter des réponses collectives à des besoins et attentes très diversifiées, compte tenu de la disparité des structures et des profils des professionnels. Il s’agit de permettre aux professionnels d’atteindre les objectifs qu’ils se donnent en les dotant des ressources et de compétences nécessaires, en partenariat avec les employeurs.

    La professionnalisation des acteurs doit ainsi répondre aux enjeux suivants :

    • définir les contours d’une identité professionnelle et consolider les activités des médiateurs numériques
    • faire reconnaître les médiateurs numériques par les partenaires et les institutions
    • répondre à la commande publique et s’adapter aux nouvelles exigences
    • permettre aux médiateurs numériques de s’inscrire dans une évolution professionnelle

    Une démarche de GPEC territoriale (à conduire à un niveau départemental ?) doit ainsi être entreprise, avec pour objectifs de :

    • cartographier les Emplois et Compétences du secteur
    • définir les besoins en compétences pour un juste développement de l’offre de services en Médiation numérique adapté aux besoins des acteurs des territoires,
    • faire correspondre les différentes formations existantes et en élaborer de nouvelles, et dessiner les métiers génériques en fonction de différents niveaux de responsabilité ou de spécialités, et le niveau de salaire attendu (la compétence et le service, ça se paie !!)

    Pour ce faire, un EDEC ?
    Cet Engagement de Développement de l’Emploi et des Compétences, liant l’Etat et les organisations professionnelles ( ici la coopérative LaMedNum ?) dans un projet commun et concerté d’analyse des besoins et de réactivité face aux mutations, ici du secteur de la médiation numérique, pourrait trouver toute sa pertinence. Il permettrait ainsi dans son volet prospectif que soit pris en charge la GPEC territoriale précédemment explicitée par la réalisation d’études ou le recours à un appui technique qui permet d’établir :

    • un diagnostic économique et social, sectoriel ou territorial sur les difficultés de recrutement d’un secteur et/ou une branche,
    • la gestion des âges sur un territoire,
    • les nouveaux besoins en compétences sur un territoire en évolution.

    Son volet opérationnel, permet l’élaboration d’un plan d’Action pour le Développement de l’emploi et des Compétences (ADEC). Il peut notamment s’agir :

    • des actions d’ingénierie, construction de démarches, d’actions ou d’outils visant le développement de l’emploi et des compétences pour les publics cibles de l’ADEC.
    • des actions bénéficiant directement aux publics cibles. Ces actions relèvent de l’amont et de l’aval de la formation, de la formation elle-même. D’une façon générale, des actions qui visent le développement de l’emploi et des compétences ou relèvent de démarches de gestion prévisionnelle de l’emploi et des compétences (GPEC).
    • des actions d’accompagnement conduites par les partenaires professionnels ou territoriaux afin de faciliter la mise en œuvre des projets.


  • Identifier & former les professionnels relais de médiation numérique

    Outre la formation des médiateurs numériques, il convient d'accompagner et d'outiller l'ensemble des professionnels dont les usages et besoins numériques des usagers augmentent continuellement. Ainsi, la médiation numérique n'est plus aujourd'hui seulement dispensée par les médiateurs numériques, et s'exerce aujourd'hui hors les murs des espaces numériques, proposée par un ensemble de professionnels au contact du public : professionnels du livre, de la culture, du médico-social, du service public, etc. Ces professionnels adoptent aujourd'hui une posture de médiation numérique en mettant en oeuvre des services et activités de médiation désormais proposés dans tout la pluralité des lieux au sein desquels ils exercent : bibliothèques, centres culturels, centres sociaux, maisons de santé, maisons de services au public, etc.

    Aussi, parallèlement à la formation au métier de médiateur numérique, il est essentiel de pouvoir intégrer à la formation de base et continue de tous ces professionnels des modules de médiation numérique.



  • je note quelque chose d'essentiel pour @ARSENIC c'est l'incorporation d'une posture de médiateur numérique à des professionnels en exercice. Là je pense que le problème est épineux. Je pense aux Assistantes Sociales, mais aussi aux secrétaires de mairie et autres. Je ne dirai pas qu'elles doivent intégrer une posture de médiatrice numérique, mais qu'elles doivent composer avec un numérique de plus en plus présent dans leurs actions. Je vais essayer d'être plus clair. Si tout le monde peut avoir une posture de médiateur numérique, est-ce que cela ne discrédite pas la fonction ? Prenons un exemple si les facteurs ont une posture de médiateur numérique et qu'ils feront payer 50 euros pour faire faire une déclaration des impôts, le médiateur numérique de l'espace numérique qui accueille un usager voulant faire sa déclaration des impôts ne sera-t-il pas tenté de renvoyer à la Poste la dite personne ? Si tout le monde fait son boulot : les services civiques, les AS, les facteurs, comment exister ?
    On me répondra peut-être mais ne soit pas caricatural ou corporatiste. Ils auront bien leurs place de spécialiste... Oui mais en quoi si les tout le monde adopte une posture de médiateur numérique ? La question de bien cerner la profession et de prévoir les gardes fous m’apparaît essentielle dans cette consultation nationale...
    C'est le terme posture qui me gène mais il est révélateur d'un malaise dans ce qui pourrait être une profession ;-)



  • @serdidi Une fois n'est pas coutume je me cite : "L’enjeu est de savoir dans quel type de société numérique nous voulons évoluer. Et si l’objectif est que cette société soit profitable à tous, alors le médiateur numérique en est la cheville ouvrière." https://www.cairn.info/revue-cahiers-de-l-action-2017-1-page-23.htm#no1


Se connecter pour répondre
 

Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.